Comment faire afin de créer son propre jeu de plateau ?

Si vous désirez impressionner vos amis ou votre famille lors de la prochaine soirée de jeux de société, il faut alors savoir comment créer le sien. Or, avant que votre chef d’œuvre voit le jour, il faut en concevoir les bases, comme la finalité du jeu ainsi que les règles. Une fois cela fait, vous pourrez déterminer un prototype afin de pouvoir tester le design du jeu.

Une fois testé, vous n’aurez qu’à concevoir un produit fini. Or, cela n’est pas aussi simple que cela … Voyons toutes les étapes nécessaire de la création de son propre jeu de plateau, des premières étapes jusqu’à l’édition.

Les premières étapes indispensables pour votre jeu :

Tout d’abord, après que votre idée se soit matérialiser dans votre tête, il faut ébaucher son premier prototype. Pour cela, avec des croquis à vos côtés, vous allez débuter l’étape de la conception de votre prototype. N’hésitez pas à faire simple. En effet, des dizaines de versions sont susceptibles de voir le jour avant d’arriver à un prototype idéalement équilibré. Astuce : servez-vous seulement de feutre noir et de papier. Cela est grandement suffisant.jeu du chemin de fer

Ensuite, la prochaine étape est de concevoir un prototype réutilisable. Après des heures et des heures de test, il est possible d’effectuer la conception d’un prototype plus solide afin que ce dernier puisse supporter des heures interminables de jeu. Astuce : munissez-vous d’un minimum de matériel comme un PC, une imprimante, du papier 250 grammes, une plastifieuse ainsi que des logiciels de création graphique.

Pour les curieux : Les jeux de plateau : spécificités et caractéristiques

Outre les prototypes, le plus important est de tester son jeu encore et toujours. Nous vous recommandons de tester votre jeu dans un contexte familial. Il s’agit d’un cadre bienveillant et c’est avec les premières critiques sur votre jeu de plateau que vous pourrez optimiser les certains points. Or, il faut avouer que cela n’est guère suffisant, et peut même être totalement contre productif puisque la famille peut avoir un certain regard complaisant sur votre conception. Ainsi, le tester auprès d’amis peut être une bien meilleure idée encore. Ensuite, après la famille et les amis, pourquoi ne pas effectuer l’étape ultime : tendre les règles à des personnes inconnues, sans rien dire, et analyser la suite. Observez les réactions sans vus impliquer. Cela permet de savoir comment un groupe ne connaissant pas les règles de votre jeu aborde la partie.

Conseils à suivre pour votre jeu de plateau

Il est possible de concevoir des pièces simplistes pour votre jeu de plateau. Dans ce but, vous n’aurez par exemple qu’à imprimer des personnages directement sur du papier que vous pourrez coller sur des gommes. Si le look de votre jeu demande des cas, utilisez une règle afin de les concevoir pour avoir un résultat net et propre. N’hésitez pas à demander l’avis de votre famille et de vos amis. Votre jeu doit être accessible et plaire au plus de monde possible. Ayez l’esprit ouvert quand vous recevez des critiques afin d’optimiser ce dernier. Notez tout ce que l’on vous dit.

Sachez qu’il est tout à fait possible de se servir de billes, de bouts de papier ou d’autres pièces venant d’autres jeux pour le vôtre. N’hésitez pas à miniaturiser le plateau afin de pouvoir y jouer n’importe où. En outre, il est primordial de produire des règles simples et concises. En effet, les joueurs vont se désintéresser des jeux comportant trop de règles difficiles à appréhender. Il faut également s’assurer que les règles soient justes. La finalité de la partie est de concevoir une expérience à part, positive et fun. Si vous désirez vendre votre jeu de plateau à l’avenir, il faut s’assurer de ne pas enfreindre des droits d’auteur. Il est tout à fait possible de changer votre jeu de plateau si ce dernier est trop ressemblant à d’autres jeux.

Les erreurs à absolument éviter !

Voici un listing de conseils à éviter pour créer un jeu de plateau réussi :

Il ne faut pas se tromper d’objectif. En effet, votre jeu a pour finalité majeure d’amuser les joueurs … et non pas vous ! Il ne faut surtout pas rester centrer sur ses propres attentes. Pour pallier à ce souci, effectuez tests-joueurs sans être présent. Puis, demandez un retour précis de chaque testeur.

Prendre en compte le thème : la plupart du temps, la mécanique du jeu tourne parfaitement mais c’est par la suite que les galères arrivent car il faut déterminer une thématique de jeu. La thématique retenue doit cadrer avec les interactions des participants. Afin de pallier à ce souci, prenez toujours un thème de départ. Vous pourrez en changer au cours du processus de création mais ne partez jamais sans repères.

Gardez toujours en tête le nombre de joueurs : combien de joueurs ont créé un prototype uniquement jouable à quatre ? La mécanique de jeu est magnifique mais il est impossible de jouer à cinq ou à six … Afin d’éviter ce véritable piège, il ne faut pas hésiter à concocter divers tests en remplaçant dès les premières parties le nombre de participants. La plupart du temps, les prototypes sont basés sur un nombre optimisé de joueurs mais ne fonctionne pas de manière harmonieuse en dehors de ces données définies.

Penchez-vous sur le coût de conception ! En effet, il faut absolument éviter les idées demandant un matériel n’étant pas optimisé. Même si votre jeu de plateau fonctionne parfaitement avec 300 cubes en bois et que vos amis trouvent ça génial, il ne faut jamais oublier que votre fonction est d’optimiser le matériel pour une tenue correcte de votre mécanique. Chaque pion et chaque carte de votre divertissement doivent être tout simplement indispensables. Afin de pallier à ce souci, n’hésitez pas à souvent simplifier vos règles du jeu afin d’observer les limites de votre mécanique si le jeu a moins de matériel. Cela peut même aider à savoir quel est le vrai cœur du jeu.

Pensez également à la durée de jeu. Effectivement, une partie de jeu durant près de sept heures peut être fun. Or, qui a envie de nos jours d’effectuer une partie de jeu de plateau durant des heures et des heures ? Peu de monde. La tendance, ce sont les jeux durant moins de 90 minutes, voire même une petite heure. Afin de pallier à ce souci, il ne faut pas hésiter à simplifier vos tours de jeu mais également à trancher dans le vif les éléments étant juste optionnels.

Il ne faut pas prendre contact avec trop d’éditeurs. C’est un erreur qu’on rencontre souvent chez les créateurs de jeux. Quand on désire faire connaître ses idées et qu’on souhaite obtenir des retours rapides, il est logique de transmettre ses règles à une large palette d’éditeurs. Optez pour un ciblage pertinent au lieu d’un spammage à tout-va. N’hésitez pas à vous renseigner de façon précise sur les dernières parutions de chaque éditeur.

Pour lire un test de jeu de société : Test du jeu de société Lui-Même : Loups Garous

Ne souhaitez pas la signature d’un NDA : en effet, aucun éditeur ne désirera vous signer un accord de confidentialité pour lire vos règles du jeu ou l’étude d’un projet. Afin de pallier à vos éventuelles appréhensions, nous vous recommandons de déposer une enveloppe Soleau. Nous vous conseillons aussi de diffuser vos idées dans des festivals.

Travaillez avec du monde : il est assez rare de voir des conceptions d’un seul et même auteur. En effet, ces derniers sont plutôt minoritaires et s’avèrent être extrêmement bien entourés. Afin de pallier à ce souci, il faut constituer autour de vous une équipe avec co-auteur et testeurs.

Ne travaillez pas seul ! : Il est très rare de voir des créations du seul fait d’un seul auteur. Non pas que ça n’arrive jamais, mais dans tous les cas ils sont plutôt minoritaires et/ou très bien entourés. Pour résoudre ce problème, constituez-vous une équipe de choc : un co-auteur et des testeurs.

Ne pensez pas seulement à l’unique rédaction des règles : gardez en tête qu’un jeu n’est pas un simple fichier Word. Si vous souhaitez envoyer un projet à un éditeur tandis que vous n’avez pas encore effectué de tests-joueurs, alors sachez que vous faites fausse route. Il faut savoir savoir qu’un excellent prototype a été testé des dizaines et des dizaines de fois et avec des individus différents à chaque fois. Le but est d’additionner un nombre d’avis assez suffisant afin d’être réellement pertinent. Afin de pallier à ce souci, il faut s’obliger à le dévoiler en festival en optant pour une table d’auteur.

Enfin, n’optez pas pour l’auto-édition ! : tout d’abord, vous y laisserez trop de plumes. Second point, même si votre jeu de plateau est sans failles, vous allez stopper sans aucun doute son potentiel en le diffusant par vous-même. Afin de pallier à ce souci, pensez à entretenir votre réseau de contacts auprès des experts du domaine de l’édition.

Conclusion

Vous l’aurez compris, concevoir son propre jeu de plateau, n’est pas de tout repos. Il faut être motivé, avoir du temps et être bien préparé. Au final, il peut réellement être intéressant de se servir d’un plateau de jeu existant, afin de ne pas devoir concevoir les charnières et toutes les finitions soi-même, surtout si vous désirez effectuer une extension pour un jeu déjà existant. Sachez qu’il existe des plateaux disponibles en libre téléchargement, qu’il est possible de coller au dos de votre plateau.

Sinon voici un comparatif de jeu de société : jeux plateau

jeux de société